lundi 26 octobre 2015

Etre mère : doutes et culpabilité



Devenir, puis être maman c'est dur. En tout cas ça l'est pour moi car je me remets sans cesse en question et j'aimerais être parfaite (pure chimère). De leur point de vue je suis sûrement déjà parfaite puisque je suis leur mère ;-) mais de mon côté je sais bien que j'ai des défauts à corriger et des lacunes à combler.


Je lis beaucoup, énormément, pour savoir comment se développe les enfants, comment ils évoluent physiquement, mentalement. J'essaie de leur apporter le maximum tout en me rendant compte à quel point nous sommes stressés de la réussite de nos enfants très (trop) tôt. Ne passons-nous pas trop de temps à les pousser au lieu de les laisser être des enfants?



Quand est-ce que je dois leur faire découvrir une autre langue, à partir de quel âge doit-il connaître l'alphabet, pourquoi les autres savent-ils dessiner tout ça, est-ce qu'il devrait déjà savoir manger tout seul?




Je me rend compte que je mets finalement beaucoup de pression sur leurs toutes petites épaules mais aussi sur moi. Cela m'effraie parfois, régulièrement.
Notre société ultracompétitrice me pousse souvent à réfléchir d'une drôle de façon, à m'angoisser pour des petites choses qui arriveront finalement en temps voulu.

Je voudrais réussir à changer certains réflexes d'éducation que j'ai, j'aimerais réussir à m'énerver beaucoup moins vite. Je me rend compte que même si je ne suis pas encore satisfaite, j'ai quand même évolué dans ma manière d'être et de réagir avec mes enfants. Je me corrige, doucement.

Pour moi être maman c'est n'avoir aucune certitude et tout remettre en question perpétuellement. Les choses que l'on croit acquise un matin ne le sont plus la semaine suivante. Une semaine de maxi dodo s'enchaîne avec une semaine de galère, sans forcément en saisir la raison.




L'idée du bébé que l'on a en tête s'efface rapidement devant le caractère très personnel qui se forme et s'affirme très tôt. Je trouve cela fantastique de voir leur caractère s'épanouir. Je n'aurai jamais pu imaginer mes enfants tels qu'ils sont aujourd'hui. Ce sont deux petites boules d'énergie qui croquent la vie à pleine à dent. Ils sont très curieux, coquins, ils me bouleversent d'amour chaque jour.
Emmy est aussi d'une sensibilité à fleur de peau et il est parfois dur de faire face aux émotions qui la submergent. J'aimerais l'aider plus, la comprendre mieux, réagir correctement dans ces cas-là.
Ethan est un petit fripon qui s'amuse à nous rendre fou en vidant méthodiquement chaque placard avant de mettre les doigts dans les prises... Je culpabilise de faire moins de choses avec lui que je n'en faisais avec Emmy au même âge.

A chaque âge ces questionnements et ces sources d'inquiétudes. Est-ce que je fais bien? Est-ce que je m'y prends de la bonne façon? Pourquoi je n'arrive pas à changer ça dans notre quotidien?

Bref, être maman c'est douter constamment (de soi), c'est s'angoisser souvent (et pas forcément avec raison) mais me concernant c'est aussi avoir le coeur qui se serre d'amour au moins une fois par jour, c'est rêver d'un moment seule pour me reposer et penser à eux au bout de 5 minutes...


4 commentaires:

  1. C'est un bel article et je me reconnais vraiment dans tes mots.
    Comme Emmy, Colombe est à un âge où il est difficile de faire face à ses émotions.
    De mon côté j'ai aussi du mal parfois à garder mon calme, et je le regrette immédiatement lorsque je m'emporte, mais comment garder son calme en toute circonstance ?
    Et Petit O'... J'aimerais aussi faire plus de choses avec lui...
    Et je les vois jouer ensemble, rigoler, devenir plus complices chaque jour. Alors je me dis que je ne m'en sors certainement pas si mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et c'est vrai que leur complicité fait oublier tous les doutes!

      Supprimer
  2. et oui pas facile d'être maman et crois moi c'est pas prêt de s'arrêter !!!! ton article interpelle toutes les mamans celles d'aujourd'hui celles d'hier, celles de demain ! on s 'y reconnait toutes ! comme tu le soulignes oui du souci des remises en question mais tellement tellement de bonheur et c'est passionnant ! je pense aussi que les enfants d'aujourd'hui manquent de temps pour le "rien", pour s'ennuyer ! après ce qui importe c'est que les sollicitations restent des sollicitations et si l'envie n'est pas là, ni la réussite tant pis ! pas grave ! ce sera pour plus tard à un moment plus opportun ! chaque enfant est unique et devrait se développer à son rythme pas facile ! on a tous tendance à comparer, à évaluer, à trop pousser , il faudrait sans doute être plus à l'écoute de leur tempérament propre et ralentir un peu mais ce n'est pas vraiment tendance !!! la pédagogie montessori de ce point de vue là est exemplaire, elle propose et c'est l’enfant qui choisit sauf que confronté ensuite à l'école classique il faudra bien que le petit écolier s'adapte ,le rôle des parents est alors sans doute déterminant pour bâtir la confiance en soi, l'envie, la joie d'apprendre qu'elle que soient les résultats obtenus ! être maman c'est difficile et merveilleux, c'est faire de son mieux en acceptant que le mieux soit évolutif selon les circonstances, c'est surtout rester dans le plaisir , le bonheur , privilégier la qualité de vie, être ensemble c'est tout !
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas tjs facile de revenir aux sources, de se reposer sur le principal avec tous ces tiraillements!

      Supprimer

Merci de me laisser un petit mot, ça me fait plaisir de vous lire! A bientôt.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...